NOS DOMAINES D'INTERVENTION

Domaines d'intervention

Le PACE est un programme global et multidimensionnel conçu pour identifier les stratégies les plus efficaces de lutte contre les pires formes de travail des enfants dans quatre domaines d'action principaux.

La Covid-19 nous a mis au défi de comprendre le travail des enfants dans un contexte nouveau et en perpétuelle évolution, tout en adaptant notre façon de travailler.

Bien que les répercussions de la COVID-19 sur la vulnérabilité des enfants ne soit pas encore totalement comprises, la fermeture généralisée des écoles et la détérioration des conditions socio-économiques rendent des initiatives telles que le PACE d'autant plus cruciales.

Le travail des enfants et la COVID-19.

Un récent rapport de synthèse établi par l'Alliance pour la protection de l'enfance dans l'action humanitaire a identifié les fermetures d'écoles et l'inégalité d'accès à l'éducation à distance, la détérioration des conditions socio-économiques et les risques pour la santé des personnes en charge d'enfants comme quelques-uns des effets de la COVID-19 qui contribuent à l'augmentation du travail des enfants, y compris sous ses pires formes.

Le rapport s'appuie, en partie, sur les résultats préliminaires publiés par le PACE étudiant les effets de la COVID-19 sur les communautés visées par le projet. La recherche, menée par le partenaire du consortium, le réseau d'apprentissage Care and Protection of Children (CPC) de l'Université de Columbia, a révélé que les enfants travaillent plus longtemps, en particulier dans le cadre de travaux agricoles ou d'activités domestiques.

Le taux de travail des enfants sur les sites miniers était variable ; sur les sites du projet en RDC, les chercheurs du réseau CPC ont noté une baisse du nombre d'enfants travaillant dans les mines du fait d'une présence policière accrue pour faire respecter les restrictions du COVID-19. En République centrafricaine (RCA), où le gouvernement central exerce un contrôle limité sur les communautés rurales, le contraire a été observé. En RCA, la baisse de la valeur marchande des minerais (par exemple l'or, qui a chuté de 35 % à certains endroits) a entraîné une augmentation du nombre d'enfants travaillant sur les sites miniers pour aider les familles à subvenir à leurs besoins.

Une augmentation du recrutement d'enfants au sein de groupes armés a également été observée, ainsi que des effets différents sur les garçons et les filles, les filles étant beaucoup plus exposées à l'exploitation sexuelle, les garçons passant plus de temps à effectuer des travaux manuels.

Le continent africain ayant jusqu'à présent évité les taux d'infection observés dans d'autres régions du monde, une prévision optimiste verrait la réouverture des écoles et la relance des chaînes d'approvisionnement, à mesure qu'elles s'adaptent aux législations mises en place par les gouvernements en réponse à la COVID-19. Cependant, cela est loin d'être sûr et, en attendant, les changements radicaux dans la façon dont les enfants, les familles et les communautés interagissent les uns avec les autres laissent des enfants déjà vulnérables face à un avenir incertain.

 

 

 

Comment le PACE réagit

Bien que l'objectif du PACE soit toujours de lutter contre les pires formes de travail des enfants, le projet s'adapte nécessairement pour répondre aux vulnérabilités croissantes des enfants résultant de la COVID-19.

Le personnel local du PACE a entamé des activités de formation et de sensibilisation auprès des communautés rurales sur la manière de réduire les risques d'infection, les pratiques d'hygiène sûres et les mesures de distanciation sociale. Le risque supplémentaire encouru par les enfants du fait de la fermeture des écoles est également abordé avec les familles, tandis que des kits d'hygiène sont distribués à ceux qui en ont le plus besoin.

Le PACE lance deux nouveaux domaines de recherche afin de mieux documenter les travaux du projet dans un contexte nouveau et en évolution. Le réseau d'apprentissage CPC va étudier les changements directs dans la vie des enfants dus à la COVID-19, et Fifty Eight analysera les bouleversements importants dans le commerce et les chaînes d'approvisionnement suite à la pandémie, et déterminera si les modèles de diligence raisonnée de la chaîne d'approvisionnement devront être adaptés en conséquence.

Dans l'ensemble, la COVID-19 offre la possibilité de voir les choses sous un nouvel angle qui nous permet de comprendre et de combattre l'exploitation des enfants.

 

 

Changer notre façon de travailler

La pandémie de COVID-19 a également des répercussions sur notre façon de travailler. Les confinements et les restrictions de circulation dans tous les pays où le personnel du PACE est basé nous ont obligés à nous adapter au travail à distance ou à introduire des modèles de travail en équipe au sein des bureaux. Les contacts directs avec les enfants, les familles et les communautés sont soit reportés, soit limités à de petits groupes avec une distanciation sociale. Dans la plupart des cas, les déplacements internationaux du personnel du PACE demeurent suspendus.

Dans la mesure du possible, les partenaires du PACE ont recours à des technologies alternatives pour faire avancer le projet. Ainsi, ils utilisent davantage la radio locale pour le travail de sensibilisation plutôt que des rassemblements communautaires ou profitent de plateformes en ligne au lieu de se réunir en personne. Ces adaptations ne sont toutefois pas sans difficultés, dans des pays où l'utilisation d'Internet et du téléphone portable est parmi les plus faibles au monde.

NOS LIEUX D'INTERVENTION

Le PACE est actif en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et en Éthiopie, où il aide les enfants recrutés par des groupes armés, victimes d'exploitation sexuelle et de travail forcé ou dans des conditions dangereuses.

 

Pays

QUI SOMMES-NOUS ?

Le PACE est l'un des premiers partenariats de ce type. Il réunit le secteur privé, une université de renommée mondiale, une fondation d’entreprise et une agence de développement des médias pour s'attaquer à l'un des problèmes de développement les plus urgents et les plus complexes au monde.

 

Les Partenaires